About Francois

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
So far Francois has created 1 blog entries.

Le médicament en Urologie

Le médicament en Urologie

107e Congrès Français d’urologie

L’Association Française d’Urologie (AFU) a tenu son 107e congrès comme chaque année à pareille époque au Palais des Congrès, porte Maillot à Paris. C’est l’occasion d’échanger entre les participants représentant environ 70 % des 1200 Urologues français. Chaque année, d’éminents collègues présentent le rapport du congrès sur un sujet précis.

Le rapport AFU 2013 présenté par G. KARSENTY, C. BASTIDE, L. GUY et F. BRUYERE s’intitule : « Le médicament en Urologie ».

L’Urologie n’échappe pas à la règle qui permet de voir éclore de nouveaux médicaments. Différentes phases d’études permettent d’apprécier le rapport entre le service rendu et les effets secondaires en se rappelant que

« tous les médicaments sont dangereux, certains sont utiles aussi« .

.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li a{border-top-color:#ebeaea;background-color:#ebeaea;}.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs{background-color:#ffffff;}.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li.active a,.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li.active a:hover,.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li.active a:focus{border-right-color:#ffffff;}.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li.active a,.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li.active a:hover,.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li.active a:focus{background-color:#ffffff;}.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs li a:hover{background-color:#ffffff;border-top-color:#ffffff;}.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .tab-pane{background-color:#ffffff;}.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav,.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .nav-tabs,.fusion-tabs.fusion-tabs-1 .tab-content .tab-pane{border-color:#ebeaea;}

LES MEDICAMENTS DU CANCER DU REIN

Le traitement du cancer du rein est avant tout chirurgical : néphrectomie totale ou partielle.

Ces 6 dernières années, sont apparues 3 classes thérapeutiques dans le cancer du rein métastatique. Elles agissent en modulant l’environnement des cellules tumorales. Elles bloquent la prolifération des vaisseaux qui assurent l’apport nutritif nécessaire au développement des cellules tumorales.
– les inhibiteurs de la tyrosine kinase (sunitinib,sorafenib)
– les anticorps anti-VEGF (bevacimuzab)
– les inhibiteurs de mTOR (temsirolimus,everolimus)

On parle de thérapie ciblée pour évoquer l’action limitée à la lésion tumorale, à la différence de la chimiothérapie qui a une action plus générale. Les effets secondaires sont nombreux mais seulement 5% sont qualifiés de graves.


LES MÉDICAMENTS DU CANCER DE VESSIE

La principale nouveauté concerne l’utilisation de l’hexylaminovulinate. Il provoque une accumulation importante de la fluorescence des porphyrines dans les tumeurs malignes de l’urothélium.

Une heure après son instillation dans la vessie, la cystoscopie utilisant une illumination en lumière bleue permet de visualiser les tumeurs par fluorescence, puis de les réséquer.

LES INSTILLATIONS ENDOVÉSICALE
Le BCG (bacille de Calmette et Guérin) : au contact de la muqueuse vésicale, la réaction immunitaire détruit les lésions tumorales. Le BCG est indiqué dans les tumeurs superficielles à haut risque de récidive, ses effets secondaires peuvent être graves.

Lorsque le risque de récidive est moindre, on utilise la MITOMYCINE C habituellement mieux tolérée que le BCG.


LE TRAITEMENT HORMONAL DU CANCER DE LA PROSTATE

Le cancer de la prostate est hormonosensible.
Certains médicaments diminuent la sécrétion de testostérone par une action centrale au niveau hypophysaire, ils réalisent une castration chimique.

• les analogues de la LH RH ont une utilisation simplifiée : une injection sous-cutanée ou intra-musculaire tous les trois ou six mois.

• les antagonistes de la LH RH : après une dose de charge, l’injection sous cutanée est mensuelle, avec très fréquemment une réaction cutanée.

Les anti androgènes non stéroidiens ont une action périphérique sur le récepteur aux androgènes intracytoplasmique, ils ont une affinité 30 fois moins forte que la dyshydrotestostérone (DHT) sur le récepteur aux androgènes.

Les inhibiteurs de la biosynthèse des androgènes : l’abiratérone bloque une enzyme et inhibe la synthèse des androgènes au niveau des testicules mais aussi des glandes surrénales et des tissus tumoraux prostatiques ; elle est indiquée dans les cancers prostatiques résistants à la castration.

Les anti androgènes de nouvelle génération : l’enzalutamide : c’est un puissant inducteur enzymatique qui bloque plusieurs étapes de l’action de la testostérone sur le récepteur androgénique.


LE TRAITEMENT NON HORMONAL

LA RADIOTHÉRAPIE MÉTABOLIQUE
Le chlorure de radium 223 est un mimétique du calcium, il s’intègre dans l’os où il émet un rayonnement alpha.

LA CHIMIOTHÉRAPIE
• Le docétaxel
: les taxanes empêchent la formation du fuseau mitotique et arrêtent la mitose.
• Le cabazitaxel : extrait des aiguilles d’if a une action semblable.

L’indication de la chimiothérapie est limitée aux cancers prostatiques métastatiques résistants à la castration.

LES BIPHOSPHONATES
Ils s’incorporent à la matrice osseuse où ils inhibent l’effet des ostéoblastes, ce qui contribue à augmenter la masse osseuse et diminuer la fragilité osseuse. Ils sont indiqués pour traiter l’ostéroporose chez les patients métastatiques.

LES ANTICORPS ANTI-RANK-LIGAND : LE DENOSUMAB
C’est un anticorps moclonal dirigé contre Rank-Ligand qui régule la prolifération cellulaire, ainsi, il supprime l’activité ostéoclastique de façon rapide et profonde, provoquant une augmentation de la densité osseuse.

Plusieurs nouveaux traitements dans le cancer de la prostate avancé, dans les formes localisées, les traitements sont la prostatectomie et la radiothérapie

Tab content
Tab content
Tab content
Tab content