Incontinence urinaire et statique pelvienne (prolapsus) 2017-03-17T11:02:00+00:00

Incontinence urinaire et statique pelvienne (prolapsus)

L’incontinence urinaire se définit par la perte incontrôlable et involontaire d’urines. Il s’agit d’un symptôme fréquent après 40 ans, une femme sur quatre s’en plaint.


 incontinence à l'effort

> Dans l’incontinence urinaire d’effort la plus fréquente, les fuites apparaissent pendant l’effort physique, tel la toux et cessent avec lui.

> Dans l’incontinence urinaire d’urgence encore appelée urgenturie les fuites sont provoquées par une contraction anormale de la vessie dite « hyperactive« , elle est associée à des mictions fréquentes et impérieuses.

L’incontinence est mixte lorsque les deux causes sont associées.

> L’incontinence par regorgement est en fait une rétention d’urine dans laquelle le trop-plein s’évacue.

 shéma incontinence à l'effort

Diagnostic : l’examen urologique

Il a plusieurs buts :

> Vérifier le degré d’incontinence à l’effort de toux

> Rechercher des modifications pelviennes :

  • Descente de vessie : cystocèle
  • Descente de l’utérus : prolapsus
  • Hernie de paroi recto-vaginale : rectocèle
  • Evaluer le tonus musculaire périnéal, la trophicité vaginale
Les explorations complémentaires :
  • Ecarter une infection urinaire (ECBU)
  • Le bilan urodynamique (BUD) pour rechercher un dysfonctionnement vésico-sphinctérien, évaluer le tonus uréthral
  • IRM pelvienne et fibroscopie dans des cas particuliers

Les facteurs favorisants :

  • L’âge,
  • L’anxiété,
  • L’obésité,
  • Les infections fréquentes,
  • Les troubles neurologiques,
  • Les suites des accouchements ou de chirurgie abdominale,
  • Le prolapsus,
  • La constipation,
  • Le tabagisme et l’abus de caféine prédisposent.
 La prévention repose aussi sur l’exercice physique (Kogel).

Le traitement  :

chirurgie incontinence chez la femme

> La rééducation périnéale :
Biofeedback et/ou électrostimulation pour renforcer le tonus musculaire du plancher pelvien

> La chirurgie est dominée par l’uréthropexie.
La bandelette a un trajet ascendant rétro-pubien dans le TVT,
plus horizontal à travers le trou obturateur TOT.
Elle peut être associée à la correction de la descente d’organesurethopexie

> Les médicaments anti-cholinergiques diminuent l’hyperactivité vésicale. Ils ont pour principaux inconvénients une sècheresse de la bouche et la constipation, en cas d’echec, on peut proposer la neuro-modulation des racines sacrées

Malgré sa grande fréquence l’incontinence urinaire n’est pas chez la femme une fatalité. Elle doit conduire à une consultation.
Les traitements sont efficaces et simples à mettre en oeuvre.