Lithiase urinaire (calculs urinaires) 2017-03-17T11:02:00+00:00

Lithiase urinaire (calculs urinaires)

Les calculs des voies urinaires ou lithiases urinaires touchent environ 2% de la population en France ; plus souvent les hommes (3 pour 1 femme), entre 30 et 50 ans et plus souvent le rein droit. La pathologie lithiasique une maladie récidivante : 50% dans les 10 ans.
Les voies urinaires sont les éléments évacuant l’urine après la filtration rénale.

lithiase

  • Au niveau rénal :
    Les cavités pyélo-calicielles
  • Entre rein et vessie :
    Les uretères
  • La vessie
  • L’urèthre

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lithiase urinaire : Comment se forment les calculs urinaires ?

Ils se forment après précipitation dans les urines par accumulation de cristaux.
calcul-renal
Différents mécanismes peuvent survenir, parfois associés :
  • par troubles métaboliques  : augmentation de constituants
    (calcium,acide urique…) dans le sang ou les urines,
  • par modification de la composition de l’urine (variation du pH urinaire,infection urinaire),
  • par anomalie des voies urinaires congénitales (syndrome de la jonction pyélourétérale, mégauretère,urétérocèle) ou acquises (compression des voies urinaires, résidu vésical par obstruction prostatique) ; ces causes provoquent la stagnation des urines favorisant l’infection,
  • par facteur génétique,
  • par l’environnement  : professionnel, climatique.
  • Mais souvent aucun facteur n’est retrouvé.

De quelle nature sont ces calculs ?

 > La lithiase calcique représente ≈ 80% des calculs ; elle est visible sur la radiographie standard d’abdomen sans préparation (ASP) ; des sous catégories existent associées ou non :
  • oxalate  (la plus fréquente,50%) ,
  • phosphate ou carbonate de calcium.
La lithiase phosphatique (≈ 10% des calculs) touche dans 80% les femmes, elle est peu symptomatique ; elle se compose d’un mélange mphospho-ammoniaco-magnésien ; elle est radiovisible ; dans le rein elle se développe en se moulant sur les voies urinaires évoquant un aspect de corail : elle est appelée lithiase coralliforme ; c’est une lithiase infectée.
La lithiase urique (5 à 10% des calculs) est composée d’acide urique et d’urates ;elle est radio transparente sur l’ASP ; elle se développe dans des urines acides (pH urinaire <6) ; dans 25% des cas elle s’accompagne d’une élévation de l’acide urique dans le sang (hyperuricémie)
> D’autres lithiases sont plus rares : cystinique (3%),xanthique,médicamenteuses (sulfamides,triamterene,allopurinol,anti-viraux…..)

Lithiase urinaire : comment se fait le diagnostic de calcul des voies urinaires ?

> La symptomatologie dépend du siège et du retentissement rénale du calcul :
  •  Le plus souvent il s’agit de douleur : la plus typique est la colique néphrétique : la douleur est violente, qualifiée de frénétique car aucune position ne la calme ; mais la douleur peut être moins typique à type de douleur du flanc, de douleur abdominale, de douleur testiculaire ou des grandes lèvres vaginales, de brûlures de l’urethre
  •  Les autres symptômes peuvent être du sang dans les urines ou découvert sur un examen biologique ; rarement une température élevée avec frissons : la colique néphrétique fébrile est une urgence urologique ; beaucoup plus rarement une insuffisance rénale aiguë ou chronique ; en cas de rein unique l’absence de diurèse est une urgence urologique.
  • Il est des cas où le calcul ne se manifeste pas : il est découvert par des examens radiologiques .
analyse
> Le diagnostic de calcul des voies urinaires se fait :
  •  Par des éléments cliniques :
  •  L’interrogatoire précise le type de douleur,recherche des antécédents lithiasiques,
  •  L’examen clinique peut mettre en évidence une douleur lombaire,abdominale ; précise la présence d’une hyperthermie.
  • Les examens de laboratoire comprennent une mise en culture des urines,une mesure du pH urinaire, un évaluation de la fonction rénale par un dosage de la créatininémie.
  •  Sur le plan des examens radiologiques,
Le meilleur examen actuellement est le scanner abdominal spiralé sans injection de produit de contraste : il met en évidence la présence , le nombre , le siège et le retentissement du (ou des) calcul(s).
L’ASP précise si la lithiase est radio visible ou non
calcul du rein échographie
L’échographie montre la présence de calcul rénal ou de l’uretère de l’uretère juste sous rénal ou près de la vessie ; elle apprécie le retentissement rénal de calcul intra urétéral mais en général ne les montre pas dans l’uretère.
L’urographie intraveineuse est beaucoup moins pratiquée : lorsque l’urologue veut voir les voies urinaires il demande un scanner avec injection de produit de contraste.
Chez la femme enceinte seuls sont autorisés l’échographie, voire l’IRM.

 

 


En pratique, que fait l’urologue devant un calcul urinaire ?

> Pour une colique néphrétique, en urgence : 
Il prescrits un traitement contre la douleur (anti-inflammatoires,antispasmodiques, parfois des antalgiques morphiniques), une restriction hydrique ; le patient est hospitalisé si la douleur est intense, rebelle à un premier traitement, si il est fébrile ou en insuffisance renale ; ensuite un bilan est demandé : laboratoire,scanner abdominal sans injection,ASP.
Le traitement du calcul dépend de sa situation, de sa taille, du retentissement sur les voies urinaires au dessus, de l’existence de complications (fièvre, insuffisance rénale).
Les différents moyens sont :
  • Le déblocage des voies urinaires en urgence par sonde JJ sous anesthésie générale ;
  • Le traitement du calcul :
    • par lithotripsie par ondes de choc extra corporelle,
    • par urétéroscopie sous anesthésie générale avec destruction du calcul par ondes de choc ou laser puis extraction
    • par voie percutanée sous anesthésie générale au niveau rénal
    • exceptionnellement par chirurgie ouverte ou la coelio-chirurgie
salle opération calcul reinsonde calcul reinmephrolithotomie
Une fois le calcul enlevé et récupéré,  il est important de l’adresser à l’analyse spectrophotométrique pour en connaître sa composition.
> Le traitement de calcul de stase nécessite, outre son ablation, le traitement chirurgical de la cause :
ablation de la prostate pour les calculs vésicaux, réparation d’une anomalie congénitale ( pyéloplastie pour la jonction pyélourétérale, urétéroplastie pour un mégauretère ou une urétérocèle).

Conclusion :

 Le calcul des voies urinaires (pathologie lithiasique) est une maladie fréquente rencontrée par l’urologue.Il dispose d’examens diagnostiques et de traitements performant .Une fois le calcul enlevé, un bilan spécialisé de recherche de la cause (en dehors des calculs de stase) par des examens biologique est proposé.